Rechercher
  • D & A

Le 4ème trimestre

Un trimestre dont on parle rarement...



Une grossesse dure en règle générale 9-10 mois, soit trois trimestres. Ces 3 périodes sont extrêmement différentes les unes des autres. Nous passons par différents stades et petit à petit, nous créons un être au sein de notre corps. Arrive alors l’accouchement et le bouleversement physique et psychologique est encore plus grand et plus intense. 


Et après ?


Il y a un trimestre dont on parle très peu, « le 4ème trimestre », celui qui survient à partir de la naissance jusqu’aux environs du 3ème/4ème mois de bébé. Un 4ème  qui a pourtant toute son importance.




Les premières semaines qui suivent la naissance sont particulières : bébé découvre son nouvel environnement de vie, la femme devient maman, l’homme devient papa et le couple entre dans la parentalité.



 


Au travers de son livre ; « le quatrième trimestre de la grossesse », Ingrid Bayot nous explique que la femme vit un processus très intense tant physiquement, qu’émotionnellement.



Sur le plan physique :



La lactation





Lorsque la maman choisit d’allaiter, les connaissances et l’accompagnement commence à émerger et ont progressé ces dernières années. Cette faculté d’allaiter naît à la puberté. Tout le processus de la production du lait se produit durant la grossesse et la montée de lait ne se fait qu’à la naissance (lorsque les tétées se mettent en place).



Tout d’abord, de quoi sont constitués nos seins ?


- De cellules regroupées dans des poches nommées alvéoles qui sont elles-même regroupée en forme de grappes. Une petite quantité de lait peut s’y stocker de façon temporaire.

- De silos graisseux entourant les alvéoles afin de les protéger des chocs.

- De vaisseaux sanguins assurant le transports des nutriments constituant le lait vers les cellules de fabrication.

- De cellules musculaires qui ont pour rôle d’éjecter le lait. Celles-ci se contractent alors pour permettre au lait de sortir du sein.



Comment cela se déroule physiologiquement ?


Sous les effets de la grossesse, l’anatomie de nos seins se modifie. Les cellules, vaisseaux sanguins et alvéoles se multiplient et s’agrandissent. Cela provoque alors l’augmentation de la taille de nos poitrines qui se modifient également physiquement : l’aréole (partie autour du mamelon) change de couleur et se fonce. Cela permet alors à bébé de mieux trouver le sein.


Lors de sa naissance, bébé repère où téter de façon visuelle (grâce à la couleur foncée du mamelon et de l’aréole) mais également grâce à son odorat car l’aréole est composée de glandes sudoripares et de glandes sébacées odoriférantes. Elles ont alors plusieurs rôles :

  • Leur odeur guide bébé vers le sein.

  • Le sébum libéré par la glande sébacée permettrait de protéger l’assèchement de la peau.

  • Une modification du pH local de la peau afin de limiter la prolifération bactérienne.


Lors des tétées, deux hormones sont alors produites par le cerveau et vont stimuler le processus de fabrication du lait : la prolactine (pour fabriquer le lait) et l’ocytocine (pour l’éjecter).


Le réflexe neuro-hormonal (qui est inconscient) se met en place : dès que l’enfant tète le sein, l’information est transmise au cerveau via des nerfs sensitifs et la production de lait s’active.


Notre cerveau va alors libérer l’hormone de prolactine qui va agir sur les alvéoles pour activer la production. Il va également libérer l’hormone d’ocytocine qui va agir au niveau de l’éjection du lait vers la bouche de bébé.



De quoi le lait est-il constitué ?


Le lait est constitué de nutriments provenant de notre corps et se crée via 2 mécanismes :


- l’utilisation de nutriments disponibles (petites protéines, vitamines, sels minéraux) dans le sang maternel sans transformation.


- la fabrication de nutriments à partir d’autres (grosses protéines, sucres, graisses) présents dans le sang maternel et nécessitant une transformation. C’est là qu’interviennent les alvéoles. Ces nutriments prennent, de ce fait, plus de temps à être fabriqués que ceux cités précédemment et arrivent alors en fin de tétées.



À quel moment le lait est-il fabriqué ?


Le lait est fabriquée principalement durant les tétées et entre celles-ci de façon minime (ce qui est fabriqué entre chacune d’elles est stocké dans les petites poches d’alvéoles et seront éjectés à la prochaine tétée). Une fois que notre réserve est remplie, la fabrication de lait est arrêtée pour l’instant.


Lorsque le lait est prêt à être éjecter, l’hormone de l’ocytocine entre en action et donne l’ordre aux petites pompes d’éjection entourant les alvéoles de se contracter pour qu’il arrive dans la bouche de bébé lorsqu’il tète.






La rétrogestation:




La décontraction de tout ce que le corps humain a mis en place pour la création d’un petit être est un phénomène très peu connu et dont on parle rarement.


Le réajustement fait également partie de ce processus ; Ingrid Bayot nous explique que cela signifie « l’arrivée d’un nouvel équilibre dans le corps de la femme « non gestant » et la remise en place de ses fonctions physiologiques. »


En effet, pendant la grossesse, le corps de la femme s’est transformé afin de pouvoir porter, nourrir, oxygéner, éliminer les déchets et protéger ce petit être pour qu’il puisse grandir. Le corps maternel s’est métamorphosé et toute les fonctions du corps se sont adaptées (la respiration, l’équilibre, la statique, le système digestif, la circulation sanguine,…). Cette méconnaissance empêche les futurs parents et jeunes parents de prendre conscience de ce qu’il se passe, d’exprimer ce qu’ils ressentent ainsi que leurs besoins. Il y a une réelle pression sociale exercée sur les parents et sur le corps féminin qui doit tout vite gérer, reprendre sa vie en main, retrouver son corps d’avant, son énergie. Il faut retourner rapidement à la productivité et à la rentabilité. Cependant, ces deux derniers sont à l'opposé de la réalité après une naissance.


Quand une maman accouche, elle n’est plus enceinte de son bébé mais tout son corps est encore en gestation et il va falloir entre 6 semaines à 3 mois pour qu’elle trouve un nouvel équilibre et qu’elle apprivoise son nouveau rôle ainsi que son nouveau corps. L’allaitement facilite ce processus notamment au niveau du sommeil car la prolactine (hormone sécrétée lors de l’allaitement) augmente le sommeil profond et donc la récupération et la régénération cellulaire.



 




Sur le plan émotionnel :


Le maternage, les soins, l’allaitement, les contact de peau à peau, la proximité quasi 24h/24h, les interactions sensorielles, la consolidation du lien d’attachement,…


Dès la naissance, le nouveau né ressent un besoin physiologique, vital et primaire d’être porté, touché, aimé, enveloppé. Il a besoin de créer du lien pour pouvoir se développer harmonieusement.


Nous pouvons aussi parler de l’apparition des aptitudes parentales, les ajustements au sein du couple, l’acquisition d’une nouvelle identité et la position par rapport à la société, à l’entourage qui demande du temps.


Toutes ces nouvelles adaptations se font progressivement, on ne peut mener tout de front. Un nouvel équilibre est à trouver et cela prend plus ou moins de temps. Il est important de vous sensibiliser sur ce point et d’oser demander de l’aide quand la surcharge est trop intense à gérer. C’est normal.



 



Et les papas ?

 


Il existe aussi pour eux un 4ème trimestre. C’est un temps d’adaptation intense, d’ajustements, de tâtonnements. Ils se cherchent eux aussi dans leur nouveau rôle et le découvre au fil des jours. Même si physiologiquement, ils ne vivent pas de réajustement dans leur organisme, au niveau émotionnel c’est assez similaire.



Une nouvelle identité s’est également créée, ils sont devenus papa. Une magnifique diversité dans les liens se met en place.


Le chamboulement émotionnel est grand, ne le minimisons pas. Laissez-vous du temps pour apprivoiser le rôle de nouveau parent. Laissez-vous au moins un 4ème trimestre. C’est important. 


Source : Ingrid Bayot - La quatrième trimestre de la grossesse

santeetallaitementmaternel.com

lllfrance.org